Précédentes éditions

UN BEST OF POUR L'APPETIT

L'Embuscade de Lubey tend ses rêts pour le dimanche 7 décembre et sa
18e édition. Séquence rétro dans les foulées du "Paris-Roubaix de la
course à pied".

14 décembre 1997. Les balbutiements sur 12 km 450 de petites routes
vers Immonville et Anoux, chemins de champ, et sous-bois. Une semaine
pluvieuse, un dimanche froid et humide, mais déjà 176 coureurs.
Jean-Jacques Dardar déflore le palmarès, Marie-Jeanne Boime, première
féminine.
13 décembre 1998. On passe à 13 km et 182 coureurs. De la pluie en
semaine, un dimanche beau et doux. Le grand regret de Michel Torloting
: s'être incliné au sprint face à son équipier Jacques Poncelet.
Deborah Geimer, meilleure féminine.
12 décembre 1999. La course du courage pour 155 participants et 145
classés. Une référence : celle du déluge et de la tempête balayant
l'épreuve de manière dantesque.
10 décembre 2000. Encore un jour de pluie pour un peloton de 157
concurrents. Maître sur ses terres, il était instituteur à Lubey,
Jean-Yves Bailly écœure Frédéric Mathieu, frigorifié, qui flanche dans
la boue des deux derniers kilomètres.
9 décembre 2001. Une matinée glaciale pour un chrono record d'Hamid
Meziani : 42'48" devant Frédéric Remiatte. Parmi les 192 dossards, 21
féminines et le succès de Céline Grimeler.
8 décembre 2002. Le froid s'invite de nouveau. Le programme s'étoffe
avec deux courses de jeunes dans le village de Lubey. Moins 4 degrés
alors que Remiatte retranche 3 secondes au record de Meziani sur un
parcours gelé et donc roulant : 42'45". 178 classés.
7 décembre 2003. Pour la première fois, malgré un temps de nouveau
sibérien, on dépasse la barre des 200 coureurs : 223 classés. Remiatte
est au-dessus du lot, comme Martine Liénard chez les dames.
12 décembre 2004. Encore moins 4 degrés. Plus que jamais la course des
As mérite son nom : Omar Errachidi devance Benjamin Choquert. Une
Irlandaise s'impose chez les féminines : Kate Mac Gibbon. Toujours
plus de classés : 252.
11 décembre 2005. Du gel, mais le grand bleu. Omar Errachidi récidive,
devant Kerraoui et Alami. La progression continue : 278 classés.
10 décembre 2006. La 10e édition. Pour la première fois le cap des 300
coureurs est atteint : 307 classés avec Abdel Tayss en pole position.
Louiza Belhadad se révèle dans la grisaille.
9 décembre 2007. Une météo "noire" : pluie et tempête. L'engouement en
souffre : 215 classés dans une nouvelle édition du courage. Louiza
Belhadad confirme. Omar Errachidi revient devant Choquert.
7 décembre 2008. Grisaille et fraîcheur. L'année du sprint historique
et du record : Errachidi gagne devant Bouchaïb Larhalmi, 41'51" pour
les deux athlètes. Passe de trois pour Louiza Belhadad. 250 classés.
6 décembre 2009. La pluie, la boue, 260 coureurs. Un fameux duo sur le
podium : Bouchaïb Larhalmi, Svetlana Pretot et son fameux record
féminin historique, 46'35".
5 décembre 2010. Encore Larhalmi, mais aussi la neige, le gel, la
glace, le peloton a fondu : 217 classés.
4 décembre 2011. On repart de l'avant : 314 classés, nouveau record
sous la pluie et dans la douceur. Abderazak Zbairi numéro un, comme
Daisy Colibry.
2 décembre 2012. La neige pour la 2e fois en trois ans. 279 classés.
La consécration pour Benjamin Choquert. Toujours Daisy Colibry.
1er décembre 2013. Belle matinée et records : 337 classés, la 5e
victoire d'Omar Errachidi. Une première pour Brigitte Brèche.
         
                                                                                                                            
    Sous-pages (22) : Tout afficher
    Comments